Actualités

Le ministre de la Santé:  »le risque est permanent »

Le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière, le professeur Abderrahmane Benbouzid, l’a très bien exprimé, dimanche, sur les ondes de la Radio Chaîne 3, en appelant à la prudence et à la vigilance, même s’il a exclu, à ce stade, qu’on soit face aux prémices d’une deuxième vague de la pandémie.

Interrogé sur l’éventualité de recourir à un reconfinement de la population au cas où les chiffres continuent de hausser, M. Benbouzid dira «qu’aucun scénario n’est à écarter.» Néanmoins, souligne-t-il, «il n’y pas lieu de susciter la panique.» Les mesures sont là. Et on a acquis au cours de ces 7 derniers mois une certaine expérience, même si au début on était quasiment désarmé et pas du tout préparé, a-t-il affirmé. Et d’indiquer : «On a saisi l’occasion de la dernière période d’accalmie pour renforcer nos stocks afin, justement, de faire face à toutes éventualités.» Toutefois, a-t-il, estimé, «il n’y a pas lieu de parler de reconfinement, à ce stade.»

Le  Pr Benbouzid a estimé que ce léger rebond de la maladie indique que «le risque est permanent» et qu’il faut donc «continuer à rester prudent» pour éviter que les cas de contamination ne se développent davantage. Il faut, impérativement, préserver «cet acquis qui fait de nous, quand même, un pays qui a réussi un peu à maîtriser la situation,» et surtout «maintenir absolument les mesures barrières,» car il y a un vrai péril en jeu. «C’est un virus qui tue et il a déjà tué des milliers de personnes. Donc, la prudence et la vigilance sont de mise, a-t-il préconisé.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer